Skip to Secondary Navigation Skip to Main Content

Current Domain

CamerounChanger

Languages

Epilepsie

PRINCIPAUX FAITS
L’épilepsie est une affection neurologique dont on peut souffrir à n’importe quel âge. L’épilepsie est une affection chronique du cerveau qui touche toutes les populations du monde. Elle se caractérise par des crises récurrentes qui sont la manifestation physique de décharges électriques excessives et soudaines, généralement brèves, dans un groupe de cellules cérébrales (neurones). Ces décharges peuvent avoir lieu dans différentes parties du cerveau.

SIGNES ET SYMPTOMES
Les manifestations cliniques des crises sont variables et dépendent de la localisation de la perturbation à l’origine dans le cerveau et de sa propagation. On observe des symptômes passagers, comme une désorientation ou une perte de conscience, et des troubles du mouvement ou des sensations (visuelles, auditives, gustatives), ainsi que de la fonction mentale ou de l’humeur.

Les personnes souffrant de crises ont tendance à avoir davantage de problèmes physiques (fractures ou hématomes par exemple), et une fréquence plus élevée d’autres maladies et problèmes psychosociaux.

FREQUENCE DE LA MALADIE
On estime que, dans la population générale, la proportion de personnes souffrant d’épilepsie évolutive (c’est-à-dire présentant des crises chroniques ou devant être traitées) se situe entre 4 et 10 pour 1000 personnes. Toutefois, certaines études dans les pays en développement conduisent à penser que le chiffre réel se situe entre 6 et 10 pour 1000. À l’échelle mondiale, environ 50 millions de personnes souffrent d’épilepsie.

Dans les pays développés, le nombre annuel des nouveaux cas se situe entre 40 et 70 pour 100 000 habitants. Dans les pays en développement, les chiffres sont fréquemment deux fois plus élevés en raison du risque accru de souffrir d’états pathologiques entraînant des lésions cérébrales définitives. On recense près de 90% des cas d’épilepsie dans les pays en développement. 

CAUSES
On appelle épilepsie idiopathique le type le plus courant de cette maladie. Elle concerne six personnes atteintes sur dix et n’a pas de causes connues.

Lorsqu’on peut en déterminer la cause, on parle d’épilepsie secondaire ou épilepsie symptomatique. Un manque d’oxygène (anoxie) ou un traumatisme à la naissance, un coup sévère à la tête, une attaque cérébrale privant le cerveau d’oxygène, une infection comme la méningite ou une tumeur cérébrale peuvent en être à l’origine.

FACTEURS DE RISQUE

  • On associe l’épilepsie secondaire à des traumatismes à la tête, à des infections du système nerveux central et à des tumeurs.
  • Chez les jeunes, elle s’associe à des complications périnatales, des troubles congénitaux, du développement ou des affections génétiques.
  • Les maladies cérébrovasculaires, qui touchent le cerveau et son irrigation sanguine, sont le facteur de risque le plus courant chez les personnes âgées.
  • Il semblerait que les antécédents familiaux d’épilepsie accroissent le poids des autres facteurs de risque.

TRAITEMENT
Selon des études récentes, dans les pays développés comme en développement, les médicaments antiépileptiques permettent de traiter avec succès jusqu’à 70% des enfants et des adultes chez qui une épilepsie vient d’être diagnostiquée (c’est-à-dire qu’on obtient la disparition complète des crises). Au bout de deux à cinq ans de traitement réussi, on peut supprimer les médicaments chez 70% des enfants et 60% des adultes sans risque de rechute.

  • Dans les pays en développement, jusqu’à trois quarts des personnes atteintes ne bénéficient pas du traitement dont elles ont besoin.
  • En Afrique, environ 9 personnes sur 10 souffrant d’épilepsie ne sont pas traitées.
  • La chirurgie peut être bénéfique pour les patients qui ne réagissent pas aux traitements médicamenteux.

PREVENTION
Elle est impossible pour l’épilepsie idiopathique. En revanche, on peut prendre des mesures pour éviter les causes connues d’épilepsie secondaire.

  • La prévention des traumatismes de la tête est le moyen le plus efficace d’éviter l’épilepsie post-traumatique.
  • La qualité des soins périnatals permet de réduire le nombre des nouveaux cas d’épilepsie dus à des traumatismes à la naissance.
  • Le recours à des médicaments ou à d’autres méthodes pour faire baisser la fièvre chez un enfant permet de diminuer le risque de convulsions et d’épilepsie par la suite.
  • Les infections du système nerveux central sont une cause courante d’épilepsie dans les régions tropicales, où l’on retrouve la grande majorité des pays en développement. L’élimination des parasites dans ces environnements et l’éducation pour savoir comment éviter les infections seraient des moyens efficaces de diminuer le nombre des cas d’épilepsie dans le monde.
1
Average: 1 (1 vote)
Your rating: None