Skip to Secondary Navigation Skip to Main Content

Current Domain

CamerounChanger

Languages

Filariose Lymphatique

Encore appelée éléphantiasis, elle menace plus d’un milliard de personnes dans à peu près 80 pays. Plus de 40 millions sont gravement handicapées ou défigurées par la maladie. Dans les zones tropicales et subtropicales où la filariose lymphatique est bien établie la prévalence de l’infestation ne cesse de progresser.

CAUSES

L’une des causes principales est l’urbanisation rapide et sauvage qui crée de nombreux gîtes lavaires ou les moustiques vecteurs de la maladie.

TRANSMISSION

La maladie est transmisse par des moustiques qui en piquants des personnes infestées ingèrent les micro filaires qui se développent dans l’organisme et atteignent le stade infectant et d’ordinaire 7 à 21 jours. Les laves migrent alors vers les pièces buccales des moustiques prêtent à pénétrer dans la peau par effraction à la suite de la piqûre du moustique complétant ainsi le cercle.

ATTENTION

L’évolution de la maladie chez l’être humaine reste une énigme pour les scientifiques

  • Chez de nombreux sujets l’infestation n’a jamais de manifestations extérieures
  • La forme symptomatique de l’infection est caractérisée très souvent par la présence dans le sang de milliers et de millions de laves et des vers adultes situés dans le système lymphatique
  • Les symptômes les plus graves de la maladie chronique apparaissent en général chez les hommes
  • La lymphoèdème chronique et l’éléphantiasis s’accompagnent souvent d’inflammation aigues localisé de la peau des ganglion lymphatiques et des vaisseaux lymphatiques.

DIAGNOSTIC

La mise au point d’une épreuve sur 4 pour déceler la présence d’antigènes circulants des parasites sans installation des laboratoires et au moyens de quelques goûtes de sans obtenu en piquant le bout du doigt et grâce à d’autres instruments de diagnostique permet de comprendre où se produit effectivement l’infestation et de surveiller l’efficacité du traitement et des programmes de lutte.

TRAITEMENT

L’administration simultanée de deux médicaments en doses unique (de préférence albendazole plus DEC ou ivermectile) élimine à 90% les micros filaires du sang pendant une année complète après le traitement. C’est ce niveau d’efficacité thérapeutique qui a rendu possible l’application des nouvelles mesures destinées à éliminer la filariose lymphatique même si les schémas idéaux restent à définir.

0
No votes yet
Your rating: None