Skip to Secondary Navigation Skip to Main Content

Current Domain

CamerounChanger

Languages

Les fruits de la passion

fruits de la passion
fruits de la passion

Tous les fruits de la passion sont consommés crus. Dans les grands pays producteurs, leur transformation en jus est cependant quasi-généralisée. Ce dernier est conservé concentré et congelé et sert à la préparation de gelées, de sorbets, de glaces et de cocktails. Les feuilles de passiflores ont des vertus émétiques [Emétique : qui fait vomir.] , tandis que les graines sont aussi riches en huile que celles de tournesol. Les différentes espèces et variétés de fruits de la passion se reconnaissent facilement par leur couleur, leur forme et leur saveur.

On distingue deux types de Passiflora edulis : l'un à épiderme violet, l'autre à épiderme jaune avec des lenticelles blanches (P.edulis cv. Flavicarpa). Ce dernier, plus gros et plus acide, convient généralement mieux à la transformation. La barbadine ressemble quant à elle plus à une cucurbitacée qu'à un fruit de la passion. Elle est de grande taille, l'intérieur est cependant identique aux passiflores (pulpe sucrée et acidulée contenant de petites et nombreuses graines). La curuba ressemble extérieurement à une petite banane, l'arille est de saveur subacide et très parfumée (ce fruit est essentiellement transformé en jus). La saveur de la grenadelle est beaucoup moins acide que celle de ses cousines précédemment décrites ; son arille est très parfumé et très sucré.

Les régions d'origine des différentes espèces conditionnent étroitement les possibilités d'adaptation écologique de ces dernières. Ainsi, P. ligularis et P. mollissima se plairont plutôt en zones subtropicales, la curuba supportant même de petites gelées (-2°C) tandis que P. edulis cv flavicarpa et P. quadrangularis affectionnent les climats chauds et plus ou moins humides. La variété à épiderme violet de P. edulis est beaucoup plus rustique et s'acclimate aussi bien à des écologies chaudes que fraîches.

Différentes techniques de multiplication sont utilisées : semis, bouturage ou greffage. Pour les variétés sélectionnées de P. edulis, le greffage est préféré et réalisé sur P. edulis cv. Flavicarpa de semis, plus tolérant aux pathogènes de la maladie du collet. La culture des fruits de la passion nécessite un palissage ; de nombreux types sont envisageables (palissage en T, palissage vertical, tonnelle...). Les densités de plantation varient de 300 à 1000 plants par hectare. Les sols riches, profonds et surtout drainant bien sont à privilégier. En culture, une taille d'entretien et de fructification est indispensable afin de favoriser le développement de rameaux de l'année d'où sortiront les boutons floraux.

Les premiers fruits apparaissent six à neuf mois après la plantation. Les récoltes deviennent régulières à douze ou seize mois. Les rendements varient beaucoup en fonction de l'espèce et de la variété : en moyenne de 10 à 20 t/ha. Certaines variétés, par leurs caractéristiques florales et un manque de pollinisateurs efficaces, nécessitent de pratiquer une pollinisation manuelle pour augmenter leur rentabilité (P. quadrangularis et P. edulis cv. Flavicarpa et hybride de cette dernière avec P. edulis à épiderme violet). Il suffit pour cela de prélever les étamines des fleurs et de les appliquer sur les trois stigmates (de la même fleur ou d'une fleur voisine, selon les variétés) pour les féconder.

Des maladies cryptogamiques (Phytophthora spp, Fusarium) et virales (woodiness disease) sont à craindre. De nombreux ravageurs causent également des dégâts (nématodes, acariens, cochenilles, charançons, pucerons...).

Les différentes espèces de passiflores présentent de nombreux avantages : rentabilité, phase juvénile courte, conservation des fruits facile, valorisation industrielle... Seules les contraintes phytosanitaires importantes en écologies très humides peuvent freiner leur développement.  

3.5
Average: 3.5 (2 votes)
Your rating: None