Skip to Secondary Navigation Skip to Main Content

Current Domain

CamerounChanger

Languages

Le papayer

Les Papayes

La papaye est cultivée pour son fruit, dont la pulpe est consommée en hors-d'oeuvre, en dessert ou en salade mélangée avec d'autres fruits. On secrète un latex sur la peau de la papaye verte qui, desséché contient la papaïne, dont les propriétés se rapprochent de celles de la pepsine et de la tryspine.

Le papayer est un arbre généralement non ramifié dont le tronc, non ligneux et fortement marqué par les cicatrices foliaires, atteint 3 à 9 m de haut. Il se termine par une couronne de grandes feuilles à sept lobes, longuement pétiolées.

Le papayer est une plante de climat chaud. La température optimum est de 26 à 30°C. Le papayer est sensible au froid, la chaleur, l'inondation et le vent. La culture du papayer exige une pluviométrie abondante et bien répartie, de 1800 à 2000 mm par an. Au cours des mois de saison sèche, on doit, si nécessaire, irriguer pour obtenir un total de 150 à 200 mm d'eau par mois. Le sol doit être humifère et aéré et drainer parfaitement.

La culture du papayer
Les différentes variétés cultivées sont : Solo : la plus cultivée, à chair jaune orangé, poids 300-400 g, de forme oblongue pour les pieds hermaphrodites et ronde pour les femelles ; -Sunrise : chair rouge. Mêmes caractéristiques que Solo ; - Sunset : chair rouge. Mêmes caractéristiques que Solo ; - Colombo : chair rose, gros fruit de 700 g à 1 kg, de forme plus ronde ; - Waïmanalo : chair jaune, fruit de 300 à 600 g.

Il existe deux formes de cultures mécanaisée et non mécanisée. En culture mécanisée, il est nécessaire, si le sol est compact, de sous-soler profondément (60-70 cm). Ensuite, selon la disponibilité, on apporte de 50 à 100 t/ha de fumier de bovin et on laboure en formant des ados. En culture non mécanisée, on creuse pour chaque plant un trou de 50 cm x 50 cm x 50 cm, on mélange la terre de sortie du trou avec 20 kg de fumier bien décomposé, 500 g d'hyperphosphate et 200 g de sulfate de potassium et on rebouche le trou en formant une butte.

Dans tous les cas, il faut effectuer un piquetage soigné en veillant au bon alignement des rangs et des diagonales ainsi qu'à la perpendicularité des alignements. Les densités peuvent varier de 2000 à 2500 plants à l'hectare suivant le type de culture. On peut planter en quinconce à 2 x 2 en culture non mécanisée et à 2 x 2 x 4 en double rang pour la culture mécanisée.

Il faut planter de préférence au début de la saison des pluies, car la reprise et la croissance y sont meilleures. Dans ces conditions, la production débutera environ six à huit mois après la plantation. Le plant doit être placé en motte, débarrassé de son sachet plastique, dans une légère cavité creusée au sommet de l'ados, dans le cas d'une préparation mécanique, ou de la butte issue du rebouchage, dans le cas de la trouaison manuelle. Ensuite, on chausse la motte avec de la terre de surface prélevée dans les interlignes sans dépasser le niveau de la terre de la motte, en tassant modérément. On arrose abondamment après plantation.

Le papayer est sensible aux nématodes (Meloidogyne Goeldi, Rotylenchulus reniformis) et aux acariens (Polyphagotarsonemus latus, Tetranychus sp.).

La récolte débute entre les huitième et dixième mois après la plantation et se déroule de manière continue jusqu'à vingt ou vingt deux mois. Un plant peut donner jusqu'à 35 ou 40 kg de fruits, ce qui représente un rendement de l'ordre de 60 à 80 t/ha sur vingt deux mois.

2
Average: 2 (2 votes)
Your rating: None